Un poème de Valérie Rouzeau (du recueil Vrouz)

Bon, je ne suis pas une obsédée des distinctions officielles, mais Valérie Rouzeau qui reçoit le prix Apollinaire (le « Goncourt de la poésie »), ça mérite quand même une petite mention et un petit hommage.
J’ai découvert cette poète d’abord grâce aux revues de poésie qui en faisaient l’éloge et donnaient à lire des extraits de son œuvre – merci à elles – et ensuite en lisant quelques-uns de ses recueils : Mange-Matin, Pas revoir, Neige rien, et tout récemment le fameux Vrouz qui lui a valu le prix. Prix mérité : son écriture est pour moi l’une des plus stimulantes et les plus roboratives de la poésie contemporaine en France. Lire Rouzeau, c’est faire mentir tous ceux qui pensent la poésie élitiste, difficile d’accès ou déconnectée des préoccupations quotidiennes : chez elle, le dialogue avec l’époque et la société se fait tout naturellement. Le travail sur le langage devient – ce qu’il devrait être – tout entier jeu (jeu sérieux bien sûr) et plaisir. Et la poésie surgit sans effort apparent : avec candeur, avec humour, avec mélancolie.

En plus, c’est une excellente traductrice : voir ici un exemple de son travail sur un poème de Sylvia Plath.

Et pour une petite note politique :
Notons que sur les vingt dernières années, seules deux femmes, avant Valérie Rouzeau, ont obtenu ce très respectable prix (et avant elles, deux autres femmes seulement depuis 1947) – il faut toujours rappeler ce genre de détail.
A mettre en rapport avec le nombre considérable de femmes qui durant les mêmes vingt dernières années ont écrit de la poésie, et de la bonne, en tout cas pas de la moins bonne que celle des hommes. — Mais le monde littéraire n’est pas du tout crispé sur ses vieux privilèges, non non, pas du tout étriqué d’esprit ! Mais le monde littéraire reste l’avant-garde éclairée de la société, sa conscience, son honneur !
(Réflexion à prolonger ici...)


Un extrait de Vrouz :

On me demande de rédiger une note de frais
Et moi je pense au fond de l’air
Je sonde ma personne facture donc
Ma crève et mon temps de parole
Tant de paroles pour une intro
Vertie comme moi il faut tenir
Vertie convertie à mourir
De trac de trouille tracasserie
A sonner mots justes et injustes
Palabres graves ou devinettes
Sornettes voire onomatopées
Le palpitant au maximum
Du nombre de ses coups minute
Boum j’ai écrit et j’ai signé ma note de frais.
 

Valérie Rouzeau, Vrouz, La Table ronde, 2012 


Installation d'Annette Messager

4 commentaires:

  1. Très difficile, ce texte, je trouve ! Je l'ai relu je ne sais combien de fois pour percevoir une structure, une cohérence. Et, tout d'un coup, je le ressens comme une sorte de stress une accumulation de contraintes et de contrariétés, à un rythme accéléré, ce contraste entre "moi" et "on"que nous vivons tous un jour.
    Ce style me déroute. Peut-être est-ce l'effet recherché?

    M.B. Ruel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre réaction est intéressante, je n'aurais pas pensé que ce texte puisse sembler "difficile" parce qu'il a un côté ludique, "pas sérieux" ; mais si c'est ce que vous avez éprouvé c'est que j'avais tort !
      Oui, je crois que le style est volontairement déroutant, dans l'intention de titiller les lecteurs, de les provoquer gentiment. Et l'effet de stress, l'impression de se sentir dépassé et de ne pas tout comprendre (ce que vous avez ressenti en tant que lectrice), c'est bien précisément le sujet du poème. Donc je crois que vous l'avez lu comme il fallait ! (Même si c'est surtout V. Rouzeau qui pourrait le dire).

      Supprimer
  2. Ah , bien sûr, ce n'est pas du classique, du rassurant, du propret qui rassure. Cette terre labourée, travaillée et retravaillée, finit par prendre forme de poème. J'aime cette force qui bouscule, ces jeux de mots qui me dé-rangent de ma route et m'atteignent. J'aime ressentir cette gêne au moment de convertir la lecture en monnaie. J'aime cette échappée belle du sérieux pour aller mieux gambader sur ses terres, libre. Je ne lis pas ce poème en lettré car je ne suis pas de ce monde là. Je le lis avec le cœur, je le prends dans les tripes. Avec sa rapidité d'écriture, son stress en cadeau et hop, me voici prêt à prendre la route. Je l'ai vécu ainsi.
    J'avoue avoir simplement rencontré l’œuvre de Valérie Rouzeau, depuis quelques jours simplement. Je lui ferai une place sur mon blog, très prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie de Valérie Rouzeau procède d'une candeur lucide qui est très rare dans la poésie française. Et qui fait un bien fou.

      Supprimer