Vide-poche : François Jullien et Wang Wei


« Le paysage est une ressource … – ressource du vivre. L’intime est une ressource, le paysage en est une autre. Au fond, je vois le philosophe comme un sourcier, c’est-à-dire quelqu'un qui prospecte des ressources … et qui essaie d’en exploiter la fécondité ».

François Jullien dans l’émission de radio Les nouveaux chemins de la connaissance sur France Culture.

Et dans cette même émission, un poème de Wang Wei, traduit par François Jullien :


Shitao, Monts Jingting en automne

Les hommes au loin sont sans yeux.

Les arbres au loin sont sans branche.
Les montagnes au loin sont sans rocher,
Apparaissant à peine comme des cils.
Les eaux au loin sont sans vague,
A même hauteur que les nuages. 


7 commentaires:

  1. Ce rapprochement entre les propos de François Julien et le poème de Wang Wei fait sens . Il n'est pas évident car il agit en miroir par contraste. Le lointain et le proche, la vision panoramique et la mise au point sur le détail, cela s'oppose et s'enrichit mutuellement. Et le philosophe dans tout ça ?
    Peut-être vient-il mettre le doigt sur ce qui ne se perçoit pas d'emblée mais qui avec lui devient différent sinon plus clair ! Une ressource, dit-il? La ressource du paysage en parallèle à la ressource de l'intime... J'ai l'impression de saisir un peu mais pas tout à fait. A méditer...

    Marie-Brigitte RUEL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le philosophe dans tout ça, je pense qu'il est là en effet pour saisir les contrastes, comparer ce qui ne semblait pas comparable, et pour éclairer le même par l'autre. Le travail des philosophes chez Jullien ressemble beaucoup à celui des poètes, je trouve...

      Supprimer
  2. Désolée, j'ai oublié un " l" à JULLIEN. Justice lui soit rendue!
    Cela me permet d'ajouter que la gravure de SHITAO (gravure?) apporte par l'image une correspondance lumineuse. Une certaine fécondité visuelle.
    M.B. Ruel

    RépondreSupprimer
  3. C'est une encre sur papier de 1671. Elle est au musée Guimet à Paris.

    RépondreSupprimer
  4. Merci de cette précision et de cette belle illustration. Votre post m'a incitée à écouter l'émission , elle complète votre point de vue. Merci encore pour ce partage.

    M.B. Ruel

    RépondreSupprimer
  5. Sympa ce petit poème ; il montre à quel point tout est question de point...
    De vue.
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les cils des montagnes, notamment...

      Supprimer